Tout savoir sur le co-allaitement

Les femmes ont toujours allaité pour nourrir leurs enfants. Seulement, avec l’arrivée dans le commerce du lait infantile, ces derniers ont aujourd’hui une autre façon de permettre le développement de leur bébé. Peu à peu, l’allaitement maternel est devenu presque une pratique marginale, et même parfois pointé. Certaines jeunes mères portent donc le plus gros de tous ces jugements, qui peuvent être encore plus virulents lorsqu’il s’agit de l’allaitement maternel. Cette pratique, bien qu’ancestrale, consiste à nourrir deux enfants qui n’ont pas le même âge en même temps que l’allaitement maternel, ce qui ne semble pas plaire à tout le monde.

Sommaire exécutif

A voir aussi : Comment reconnaître et traiter les boutons de chaleur de bébé ?

  • Prenez la décision de co-allaiter
  • Comment pratiquer l’allaitement maternel ?
  • Limites de l’allaitement maternel

Prenez la décision de co-allaiter

La co-allaitement concerne les mères qui allaitent qui tombent enceintes au cours de cette période. Généralement, les deux grossesses ne sont qu’à un ou deux ans d’intervalle, et c’est pourquoi l’allaitement maternel devient possible. Que la deuxième grossesse ait été planifiée ou non, la question de savoir s’il faut ou non poursuivre l’allaitement maternel est nécessairement soulevée.

Si certains parents décident que c’est le moment idéal pour le sevrer, d’autres ont du mal à prendre une décision réelle, qui leur sera imposée le jour où le deuxième enfant arrive. La décision est d’autant plus difficile à prendre que la mère se sent souvent « d’abandonner » son premier enfant en faveur du deuxième enfant, et donc de le priver de quelque chose avant même que ce dernier ne vienne dans le monde. Dans d’autres cas, l’aîné lui-même décide qu’il ne veut plus pour se nourrir. En effet, avec la grossesse, le goût du lait maternel change, car il s’adaptera aux besoins du fœtus.

A lire aussi : Comment prendre soin de ses cheveux ?

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas vraiment un moment où la jeune femme prend la décision de co-allaiter, car cela se fait généralement très naturellement , comme c’est le cas pour le sevrage.

Comment pratiquer l’allaitement maternel ?

Tout d’abord, il est important de se rappeler que si un enfant a été sevré pendant 4 à 6 mois, il y a très peu de chances qu’il soit à nouveau intéressé par l’utérus de sa mère. Voyant son petit frère ou sa sœur reproduire ce geste, il voudra peut-être encore essayer . C’est aussi une forme de test pour lui de voir la réaction de sa mère. Cependant, il ne le reprendra jamais.

Les mamans souhaitant allaiter devraient également garder à l’esprit que le lait maternel devrait être donné la priorité au dernier bébé. En effet, l’aîné est censé être capable de manger des aliments solidesdéjà. Le lait est alors un plus dans son alimentation, contrairement au nouveau-né pour lequel il est complètement vital. En passant, les premières semaines, vous devez laisser le plus petit commencer à sucer, puisque le lait contient beaucoup de colostrum , essentiel à son développement. Donc votre aîné peut avoir de la diarrhée à cause de cela, mais tout ira rapidement dans l’ordre.

Vous pouvez prendre quelques semaines pour trouver un rythmeCrédits : @badarsk /Pixabay qui convient à tout le monde. Vous devrez également être attentif aux besoins de tout le monde, mais aussi aux vôtres. En effet, à partir du moment où quelqu’un se sent lésé ou plus à sa place, la situation doit changer !

Limites de l’allaitement maternel

Il n’y a pas vraiment de limites à l’allaitement maternel à partir du moment où la situation convient à tout le monde.

Une femme qui pratique co-allaitement n’est pas nécessairement plus fatigué qu’ un autre, à partir du moment où elle prend soin d’elle. Assurez-vous de garder une alimentation saine et variée pour donner le meilleur à vos enfants. Le repos sera également très important pour vous !

La seule véritable limite à l’allaitement maternel reste l’ opinion de la société sur ce phénomène. Vous devez donc prendre cette décision en l’acceptant, et surtout en étant convaincu que vous faites le mieux pour vos enfants.

Sources : MagicMaman, La Leche League

Articles connexes :

Allaitement maternel : les 6 difficultés à surmonter

Allaitement maternel : comment y parvenir après la césarienne ?

Allaitement maternel : quel endroit pour le papa ?

ARTICLES LIÉS